Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 06:00

L'hôpital a cette merveilleuse faculté, cette capacité mystérieuse à vous faire basculer dans un monde de coton où rien finalement n'est vraiment important.

Vos sens s'engourdissent, vos nerfs s'affinent. J'ai pleuré de rage et de désespoir. J'ai pleuré de voir mes projets et mes rêves s'évanouir en même temps que le jour se levait.

La faim, le froid, envie de rien, ne pas même exister – se réveiller intacte une fois tout cela passé et tout reprendre comme avant.

Et puis au fil des jours la tristesse s'efface. Elle est toujours là, qui s'accroche à moi. Comme ces chagrins d'enfant qui vous submergent et vous laissent sans force. Vous mangent les tripes jusqu'à la moëlle. Et disparaissent aussi vite qu'ils étaient apparus. 


Aujourd'hui je suis une princesse. Toute vêtue de rose, des paillettes dans les cheveux, j'attends mon chevalier dans ma tour d'ivoire. Tout autour de moi respire le parfum des roses.


Mon doudou, mon ami, mon copain reste auprès de moi et me susurre des mots doux à l'oreille. Je m'endors dans un souffle.  Je vis dans un rêve. 

Partager cet article

Repost 0
Published by mlle-cassis - dans dans les limbes
commenter cet article

commentaires